Schizophrénie, folie, sadisme, barbarie, succombez ou cédez...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aller viens quoi ! [PV Silas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaël Hanson

avatar

Set fait par : : SILAS !!!!!!!
Messages : 55
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Collé aux basks de Silas.

MessageSujet: Aller viens quoi ! [PV Silas]   Dim 28 Aoû - 15:18

Silas il est trop cool, il est trop gentil (enfin quand il veut), il a toujours l’armoire blindée de toutes sorte de choses super cool, genre alcool, weed, clopes, drogue en tout genre. Vivre avec lui c’est pas que des inconvénients quand on y repense. Puis tant que je lui tiens compagnie, il me fait pas chier, il se sent moins seul, faut dire, on devrait l’appeler Remi sans famille ou plutôt sans ami, mais bon, si je lui sourit, tant que je lui fais croire que je suis le sien, j’ai pas beaucoup de raison de me plaindre. Bien que je dois avouer la vie ici c’est quand-même pas la vie d’château. Si j’suis encore bien chaud et bien vivant c’est parce que je fous le bordèle, je suis arrivé, j’étais trop vieux pour Monsieur de Liancourt qui pensait qu’il n’y avait rien à faire de moi. J’aurais dû crever si l’autre refroidis ne m’avait pas « adopté. » je pourrais même dire que je lui dois beaucoup, mais bon, moi dans ma tête de piaf bien vide je lui dois rien. Je veux me tirer, je veux sortir, je veux être libre. Mais bon, en même temps, je veux aider. Donc je reste là, j’ai pas bien le choix, mais autant le dire que je risque ma peau tous les jours à force de contrarié l’autre seigneur à deux balles. Une chance pour moi que j’ai l’autre trou du cul qui me colle au basks. Bref, tout ça pour dire que, ici, c’est la loose complet.

Alors comment on passe le temps ? Comme tous les jeunes qui se font chier tiens donc ! On fait de la gratte, on boit de la bière, on baise et on s’éclate ! En gros. Là par exemple, je suis avachis dans le canapé, la fenêtre grande ouverte, les pieds posés sur la table de salon, une bibine dans une main, une clope dans l’autre, la zapette sur les genoux, je tente de trouver un programme fort sympathique bien que moi et la télé on n’est pas copain. Mais non l’autre il risque rien, ça fait nuit dehors, c’est le seul moment de la journée où on a l’autorisation d’aérer un peu, et fort heureusement sinon je te raconte pas l’odeur de fumante dans les piaule. C’est pas que Silas pue des pieds, mais presque, ça sent pas bon le cadavre en décomposition. Tu suis ? Ouai mon coloc’ et moi c’est l’amour fou, on se kiff, on est perdu l’un sans l’autre, hein mon couillon ! Pov’ con. Je t’en fouterais moi des baffes dans la gueule. Oui, il me maintient en vie, mais non, je suis pas fan. Il est chiant, il m’emmerde, je suis dégueulasse en fait quand je dis ça. Il est pas si méchant que ça. Il pense qu’à sa gueule ça a des avantages mine de rien… Je suis vraiment con de me plaindre franchement. Je serais tombé sur je sais pas moi, l’autre barge, Idriss, je serais déjà mort bouffé par les verres de terre. Brrrrrrr ça donnerait presque envie d’y rouler une pelle tiens au coloc’…

« SSIIIILLLLLLLLAAAAAAAASSSS !!!!!!! »

Ca c’est le son de la tornade Gaël qui se fait chier. Il a toujours des plans galère, avec lui on s’emmerde pas, on n’a pas le temps. Donc quand je l’appelle comme ça, techniquement, il dort encore, ou il est sous la douche depuis trois plombes, ou il baise et moi je l’écoute parce qu’il fait trop de bruit, ou… Silas c’est Silas quoi, on sait jamais vraiment ce qu’il fout de ses nuits. Il a peut-être bien encore le piff dans la poudre, j’en sais que’de et je m’en fous. J’ai juste envie qu’il bouge son cul de bourgeois de mes deux, j’ai besoin de m’éclater un coup, je veux de l’action, non pas que la dernière saison « des feux de l’amour » ne soit pas passionnante, mais j’en ai rien à carrer de savoir si Barbara va se taper Nathan. Quoi que, ça pourrait être intéressant d’un point de vu, si on analyse la scène, les plans, le jeu des acteurs… Une analyse cinématographique en gros, on passe le temps comme on peut ma fois. Soupirant un coup j’écrase ma clope dans le cendare, vide ma bière d’une traite, en prends une autre, c’est quand-même pas très pas intellectuel cette série et dire que ça existe depuis l’an quarante. Ils ont que ça à foutre les vieux, et mater « Question pour un bouche trouf » aussi ! Ca c’est de l’émission qui tue la mort. Tellement chiante, que ça te zigouillerais un vampire en moins de deux, c’est peu dire.

« SILAAAAAAAAHAAAAAAAAASSSSSSS !!!!! »

Là j’arrive au stade ou j’en ai marre de gueuler, alors je gueule mais je change de ton avec ma voix, passant des aiguës, au grave, un peu version Doris dans Nemo quand elle gueule « Martiiiiiiiihiiinnnnnnnn ! » Mouai tu vois le genre. Il a l’habitude que je gueule, ça change pas. Aller je zappe encore une fois. Après the fire of love voici… Putain inspecteur Derik ! L’est mort en 2010 le mec ! Ca existe encore ce truc-là ? Bientôt ils vont nous ressortir K2000 ! Je suis sûr que c’est De Liancourt qui boycotte les chaines contemporaines, l’est tellement vieux le papy que j’arrive pas à comprendre comment il fait pour ne pas se défraichir un peu. Mais quoi c’est vrai même ma mère elle était pas née en 2010. Quoi que. Non je pense pas. Bon aller j’en peux plus moi s’en est trop ! Sautant par-dessus le canap’ je vais tambouriner à la porte du vieux. Je veux sortir, je veux faire la chouille, il a toujours une idée à la con il va bien m’en sortir une. Je tape du pied dans le bas de la pote, je fais du bruit, je mets à tapper un rythme africain comme si je faisais du jumbe. Il peut le dire que je suis le roi des emmerdeurs il a pas tort dans le fond. Ca tombe bien, on est deux ! Pour ça qu’on s’aime tellement on se déteste dit donc !

« Aller quoi ! Tu viens merde ! SSSSIIIIILLHAHAHAHAHAHASSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS !!! »

_________________
" Un sourire pour la liberté de penser vaut mieux qu'un coup pour la liberté d’expression. Crois en silence, crois en toi, mais ne désespères pas. "

~ Coloc' et meilleur pote de Silas Dunne. ~


From the German resistance memorial :
You did not bear the shame
You resisted
Sacrificing your life
for freedom, justice and honor...
One undrand years later, it's my turn...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silas Dunne

avatar

Set fait par : : Eris
Messages : 45
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Aller viens quoi ! [PV Silas]   Dim 28 Aoû - 16:40

L’avantage de la vie à River Crow ? C’est qu’on ne vit qu’entouré de vampires, et que du coup on a tous le même rythme et que c’est vachement plus cool de coucher avec une fille morte. Ouais bon dit comme ça c’est hyper glauque mais putain elles sont trop fortes ! Je sais pas ce qui fait que les femmes vampires sont si bonnes mais putain elles sont grave bonnes ! Peut être parce que pour être vampire faut se faire mordre et à choisir on mort pas des cageots… Mais il y a ce truc en plus. Enfin des fois elles sont limites… J’sais pas lubriques quoi. Enfin j’ai quand même tiré les meilleurs coups de ma vie en étant vampire ! J’veux dire ces nanas là elle te font perdre la boule. Comme cette fille que j’ai déniché l’autre nuit. Putain waouh ! Un mètre soixante-dix de pur sensualité, une crinière blonde à tomber par terre, un modeste (et pourtant sublime) 90-C et une paires de fesses à tomber par terre. Bref, rien de très ahurissant pour une de mes conquêtes mais il se trouve qu’un siècle d’expérience en matière de sexe ça change quand même la donne. Et dire que c’est à côté d’elle que je suis endormi à cet instant précis. Putain j’ai trop de chance.

« Silas… Bébé ? Tu dors ? »

Bon… Faut pas leur demander d’être intelligente en plus hein, ça c’est avec ou sans, pour le coup, celle ci a pas plus de Q.I qu’une moule. J’évite de lui répondre pour qu’elle me laisse pioncer tranquille mais voilà qu’elle se tortille sous les draps, glisse son pied entre mes jambes pour le faire lascivement remonter, et vu que je commence à avoir la trique, je peux difficilement lui faire croire que je dors encore, quoi que ce serait possible mais franchement… Bref j’ouvre les yeux et passe une main sur mon visage avant de la saisir par la taille pour la rapprocher de moi.

« Mh… Salut. »

La voix rocailleuse et les yeux encore à demi fermé je lui adresse un sourire.

« La nuit est tombé, qu’est ce qu’on fait ? »

Je ferme les yeux pour éviter de grimacer. « On » ? Non mais elle est marteau. Comment je vais m’en débarrasser pour cette nuit ? La tout de suite je la baiserais bien mais après ? Bon après on verra, je la retourne et me colle à elle en la caressant, puis la bouche collée à son oreille je lui réponds :

« J’ai bien une petite idée… »

Qui a visiblement l’air de la séduire parce qu’elle se met à glousser, puis elle se retourne, disparaît sous les draps pour entreprendre de me tailler une pipe. Putain ça c’est la belle vie. Je ferme les yeux, croise mes bras sous ma tête, prêt à m’abandonner de nouveau à cette superbe créature mais voilà qu’un cri traverse l’appartement. Putain de merde je vais buter ce gamin. Fait chier ce gosse. Bon il était mignon quand il avait 12 ans… J’pouvais à la limite le faire passer pour un gosse de 10 ans et jusqu’à l’âge de 15 ans il pouvait encore faire plus ou moins pré-ado. Oui c’était bien pratique d’avoir un piège à nana pour les attirer, mais franchement pour ce que ça a d’ingrat et de casse couille après la puberté, ça vaut franchement pas la peine ! Bah au fond il est pas si chiant que ça mais quand il s’emmerde putain… Il se sent obligé de me casser les burnes pour qu’on sorte. Ouais je sais que c’est trop cool de sortir avec moi mais bon si on peut plus avoir sa baise du matin tranquille. Enfin du soir… Enfin bref. C’est vrai qu’on s’emmerde rarement quand on fait un truc tout les deux, faut dire aussi qu’on passe tellement notre temps à s’engueuler qu’on a pas le temps de s’emmerder. Toujours est-il que son cris d’ahuri à perturbé… Heu. Je ne me souviens pas de son nom alors on va l’appeler Roberta. Son cri d’ahuris a donc perturbé Roberta qui redresse la tête.

« On vient pas de t’appeler ? »

D’un geste de la main je lui remet la tête sous le draps avant de répondre.

« Nan t’inquiètes c’est le gamin, t’en fait pas Roberta… »

« Le gamin ? Je m’appelle pas Roberta ! »

Nouveau geste pour planquer sa tête avant de répondre excédé

« Ouais c’était pour la rime, le gamin que j’ai adopté… fin il est assez vieux maintenant on s’en fou nan ? »

Elle doit considéré qu’en effet on s’en fou puisqu’elle se remet au travail consciencieusement. Je soupires et referme les yeux. Voilà qui est bien mieux. Et alors que je commence à kiffer le voilà qui recommence et en plus avec une intonation tellement nase que ça me fait débander direct. Putain j’vais l’emplâtrer ce con là. Et l’autre blondasse qu’arrête pas avec ses questions à la con. « Il a mal quelque part non ? » Non Paulette il a mal nul part et ta gueule pour voir grognasse ! Fait chier, j’suis d’mauvaise humeur. J’me lève plutôt énervé, enfile un calbut’ et jette ses fringues à Vanessa.

« Ecoute Brigitte vas falloir me laisser maintenant… J’suis désolé, on se dit aurevoir pi voilà, amuse toi bien….heu. Salut. »

Toute en lui parlant je lui enfile sa robe comme on habille une gamine en retard à l’école.

« Mais….heu ça rime pas…Brigitte. Ca rime pas ! »

Je lève les yeux au ciel, pile au moment ou Gaël s’improvise Jumbé man (Ha ouais tu joue mal….) je vais péter un plomb !!!! Je tire la fille par la main pour la sortir du lit, ouvre la porte à volée et la jette dehors, à moitié à poil. Je traverse le salon en la poussant dans le dos et la fait sortir de chez moi.

« A bientôt Patricia ! »

Je referme la porte et me retourne vers Gaël. Je lui sers mon regard genre « A nous deux mon coco. » puis je m’avance doucement avant de me jeter sur lui pour le plaquer sur le canap’, je m’assois dessus, rebondit un peu sur ses fesses pour l’emmerder un coup. Quand j’étais gosse mes grands frères faisaient tout le temps ça et putain ça m’soulais. J’me venge un peu du coup. Après l’avoir écrasé (gentiment hein, j’suis pas quelqu’un de méchant) je me relève et me dirige vers le frigo tout en lui filant un petit coup dans le bide pour la route.

« T’es vraiment un enfoiré de p’tit con … Non mais sérieusement t’as vu cette bonasse ? »

Je chope une bière, referme la porte du frigo avec mon pied et m’assois sur le canapé à côté de lui en ouvrant ma mousse.

« Bon j’t’e l’accorde elle est vraiment hyper conne »

Je bois une gorgée de bière en mettant mes pieds sur la table. Inspecteur Derick à la télé. Putain d’merde j’comprends qu’il se fasse chier ce gamin. J’éteins l’écran, allume une clope et esquisse un mouvement de tête vers lui :

« Bon qu’est c’tu veux ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaël Hanson

avatar

Set fait par : : SILAS !!!!!!!
Messages : 55
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Collé aux basks de Silas.

MessageSujet: Re: Aller viens quoi ! [PV Silas]   Dim 28 Aoû - 17:44

Mais kécéça ? Je te sors la gueule du bublle avec les yeux de dépouillé, ha bah je comprends mieux maintenant. Comme un con je le suis d’un mouvement de tête, attends je viens de recevoir un cul de blondasse en pleine trogne. J’aime pas la pouff blonde il le sait en plus, je les préfère brune, un peu tipé moi. Rien à voir. Elle est trop plastifiée pour moi. Enfin bref, pourquoi il l’a fout dehors, il pourrait quand même partager non ? J’ai dit qu’elle était pas à mon goût, pas qu’elle était pas baisable, ça n’a rien à voir, un trou reste un trou. Oui bon hein, éducation Silas j’y peux rien moi. C’est de sa faute à lui si je vois les choses comme ça maintenant. Ha non, j’aime pas ce regard. Dy diou le con ! Putain merde ! Comme un gosse le v’là qui me saute dessus et hop les quatre fers en l’air, je me retrouve en moins de deux écrasé comme une merde sur le canapé. Alors pour montrer la crédibilité de Silas genre super vampire, quand il fait du trampoline sur mon cul ça veut dire « pas content ! » donc normal, moi je me fends la gueule. Mais genre j’en peux plus quoi je suis morts de rire. Alors j’étouffe, j’ai mal au ventre. Ouai on dirait deux gamins étudiants qui font les cons. Mais c’est exactement ça. Pour ça que dans le fond je l’aime bien mon p’tit couillon. Puis quand j’en ai marre je le pousse un peu, histoire de le dégager de mon cul.

« Casses-toi pov’ con ! J’savais pas moi que t’étais… Accompagné. L’est même pas bonne en plus, ta vue sa stature de poupée Barbie ? Elle sort d’où celle-là ? De monde Barbie Girl Aqua, life in plastique. T’as vraiment des goûts de chieute tu sais. T’aurais pu prêter quand-même. C’pèce d’égoïste va. »

Cette bonasse… Mouai j’ai un sourcil qui se relève-là je le comprendrais jamais. Il a une drôle de définition du mot bonasse quand-même. Plus c’est siliconé mieux c’est chez-lui, il y connait que dalle. Bref, je le regarde se servir une bière sans m’en apporter une, p’tit salaud, du coup je lui pique une clope, me relève pour aller sortir la bouteille, de Rhum. A chacun son truc, moi je me suis fait chier comme un branquignole toute la soirée, maintenant c’est à lui de me sortir, et de m’amuser. Oui, oui, je suis comme les gosses moi, faut me divertir, sinon je tiens pas en place. Je bois une bonne gorgée, grimace, ça fait du bien par où ça passe et retourne sur la canap’ m’effondrant dessus presque au même moment que lui. Et là je manque de m’étouffer quand il parle. Trop bonne mais trop conne. Normal il pioche chez les donzelles dépourvues de QI et de cervelle, il le cherche bien aussi.

« Plus c’est gros plus c’est conne de toute manière. N’empêche que. Je préfère avoir un trou que main droite au réveille la prochaine fois t’fais tourner, j’ai plus douze piges t’sais. »

Comme un con je me marre encore en lui piquant sa bibine pour en boire une gorgée, puis un coup de rhum, puis une taffe, puis une autre goulée de bière avant de lui redonner sa canette à moitié vide. J’adore faire ça je sais que ça le fait chier. Je me relève avant d’en prendre un coup pour aller chercher un sachet de cacahouètes dans le placard. J’ai la dalle moi, je suis dans la force de l’âge faut que je bouffe. Et ouai, je suis pas mort moi. Bref, je suis fier de moi, je l’ai bien fait chier, c’est trop cool. Mais c’est vrai, j’y veux quoi en fait ? Puis pourquoi qu’il a éteint inspecteur Derick c’est très intellectuel comme série. Il fait pas de bruit, normal, il dit un mot tous les quinze du mois. Comme pour le contredire j’empoigne la zapette au même moment que je me repose, les pieds sur la table. A nous regarder on dirait vraiment de potes de campus qui n’ont rien à foutre de leur vie, manquerait plus que le match de foot et hop hop hop le tour est joué. Et aller que je remets Derick, et je me marre encore en lui ébouriffant les cheveux. Surtout vu sa dégaine de con, avec son vieux caleçon, il a l’air con des fois mon Silas.

« J’ai réussis à faire descendre Popolle ! Trop fier. Plus efficace que la glace, acheter un mini Silas. Mouai c’était pour la rime. Bref. On se bouge ? »

Où, j’en sais rien. Faire quoi, j’en sais rien. Mais bon, on va s’occuper quoi, là j’en peux plus moi de glander. Puis comme pour le provoquer encore un peu plus, j’adore le rendre grincheux faut le dire, je me penche vers lui pour lui déposer un bon gros bisous bien baveux (pour ne pas dire je lui crache sur la gueule.) sur sa petite joue toute froide.

« Roh fais pas la gueule on va s’en pécher une ou deux, plutôt deux, c’pas que t’es pas mon genre mais bon. Et on passe un bon moment t’en pense quoi. Aller quoi Silas merde, bouges ton gros cul de macchabée de mes deux on va se fendre la gueule ! Tiens bois du Rhum ça va te foutre dedans ! »

Et allons donc que je lui repique sa bouteille de bière, pour lui foutre, la bouteille de Rhum à la place.

_________________
" Un sourire pour la liberté de penser vaut mieux qu'un coup pour la liberté d’expression. Crois en silence, crois en toi, mais ne désespères pas. "

~ Coloc' et meilleur pote de Silas Dunne. ~


From the German resistance memorial :
You did not bear the shame
You resisted
Sacrificing your life
for freedom, justice and honor...
One undrand years later, it's my turn...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silas Dunne

avatar

Set fait par : : Eris
Messages : 45
Date d'inscription : 07/12/2010

MessageSujet: Re: Aller viens quoi ! [PV Silas]   Dim 28 Aoû - 19:12

Ha putain Gaël t’es encore un gamin, j’crois que j’aimais pas les blondes à l’époque non plus, mais putain de merde c’est pas une Barbie celle là c’est juste de la super came. Et ce qu’elle envois au pieu quand elle ferme sa gueule putain. Ca fait rêver. Et c’est loin d’être du plastique. Enfin je sens bien qu’au fond t’es jaloux, mais j’prête pas mes jouets, encore moins à toi p’tit merdeux, c’est trop glauque. Quoi que, j’aurais pu la prêter celle là, elle aurait certainement accepté vu la volonté qu’elle montre à être indépendante… Enfin de toute façon j’avais commencé à l’énervé parce que je connaissais pas son prénom, je penses pas qu’on se soit quitté en très bon termes, alors bon, tant pis p’tit gars, faudra apprendre à chasser des chiennes de ton pédigrée et puis c’est tout. J’y colle une petite tape derrière la tête quand il me croise pour aller chercher son rhum, faut qu’il arrête de m’piquer mes clopes ce gosse… Ouais, enfin de toute façon mes clopes c’est ses clopes hein, on va pas jouer là dessus, c’est pas ce que ça représente. Putain de merde comment j’aurais fait si j’avais été pauvre ? Franchement des fois j’me demande. J’suis là posé sur mon canap’ et voilà qu’ce con d’gamin s’r’ammène, il me débite ses conneries, bla bla bla je suis un homme, c’est ça, ben soit un homme mon fils, et trouve toi tes trous toi même non mais merde hein, j’suis pas son père moi.

« Justement, il est grand temps d’apprendre à te nourrir toi même gamin. La jungle est vaste… Et puis surtout t’es pas à la hauteur pour ce genre de came. »

En guise de réponse le v’la qui me pique ma mousse. Fait chier. De toute façon en parlant de came… Je me penche pour ouvrir le tiroir de la table basse pour en sortir un sachet de coke, j’me fait trois jolies p’tites lignes, je sniffe la première d’une traite, secouant la tête. Puis je récupère ma bière, à moitié vidée par ce con d’gamin, fait chier bordel. Je termine ma bière pendant qu’il va chercher d’la bouffe, je sniffe la deuxième, puis la troisième et me laisse tomber mollement dans le canap’. Putain de bordel de merde : c’est ça la vraie vie. J’ai à peine fermé les yeux que cet abrutit à refoutus la teloch’. Putain d’allemand de mes deux ! Et qu’il se marre et qu’il se permet de toucher MES cheveux ! Je veux dire ma superbe chevelure de beau gosse ? Enfin il est taré c’gamin, à croire qu’il sait plus à qui il a à faire. Ou il nous fait une crise d’ado à retardement ? Ouais nan… Ca fait 6 ans qu’il fait sa crise d’ado.

« Non mais mec, ta voix pourrie arrêterait un taureau en plein coït ! »

J’fais, en recoiffant mes cheveux alors qu’il me lèche la face. J’m’aprête à lui en coller une quand il me réplique que bla bla bla il a le feu au cul et 18 piges… Roh fait chier les jeunes. Tout d’un coup j’me relève. Putain d’merde cette réplique de vieux con ! Roh la la faut qu’j’arrête là ça va plus du tout. J’attrape fermement la bouteille de rhum et décent une bonne longue gorgé qui pique sa mère. Allez pump it up on se bouge le fion là j’ai pas 50 piges !

« Bon ça marche on arrête de se toucher la nouille et on se secoue les fesses, j’vais t’apprendre à chasser la gazelle moi. »

Et voilà que j’me lève pour retourner dans ma chambre, avant de m’y enfermer, je passe la tête par le battant et lui lance :

« Au fait : Plus JAMAIS, tu touche à mes cheveux… Sale con ! »

Puis je rentre dans ma chambre, je m’approche de la salle de bain mitoyenne, me regarde dans le miroir. Putain même pas rasé, à peine levé et je suis déjà à tomber, c’est fou. Je m’admire un moment, puis me passe de l’eau sur le visage, allez soyons fou, ce soir je me rase pas. Je me la joue beau gosse malgré moi, ce que je suis enfaite… D’un geste étudié je réajuste ma coiffure « décoiffé » un coup de déo, un coup de parfum, je m’approche de mon armoire et balaye le portant d’un coup d’œil habitué avant d’opter pour une chemise Armani anthracite et un jean noir. Après m’être habillé je sors de ma chambre, entre en trombe dans le salon, attrape la bouteille de rhum et décent de nouveau une longue gorgée, je me racle la gorge, m’allume une nouvelle clope.

« Alors on va où ? »

Je m’appuie contre le bar pour regarder Gaël. J’attends d’avance les réflexion du genre vieux métrosexuel, ça sent la cocotte, t’as ton rimmel qui as coulé etc… Il est jeune, il peut pas comprendre qu’un homme propre sur lui est un homme désirable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aller viens quoi ! [PV Silas]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aller viens quoi ! [PV Silas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» T'as jamais eu d'orgasmes ? Aller viens, j'te tape la bise ! _Nath.♞
» (shion) aller viens, j'temmène au vent, je t'emmène au dessus des gens.
» Ça apporte quoi de voter ?
» Devine quoi
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fight for Freedom :: Les Chambres-
Sauter vers:  
//Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit